Ne vous couchez pas en colère

Ne vous couchez pas en colère

La recherche confirme que nous ne devrions jamais aller au lit en colère.

Le rôle du sommeil, qui nous aide à consolider nos souvenirs, est essentiel dans la façon dont nous traitons et stockons les informations utiles, mais une nouvelle étude montre que le même principe s'applique aux pensées négatives - si nous nous endormons avec elles, elles peuvent être plus difficiles à oublier à long terme.

"Notre étude suggère qu'il y a un certain mérite au conseil séculaire : 'Ne vous couchez pas en colère'", a déclaré le chercheur Yunzhe Liu, qui a mené l'étude à l'Université normale de Pékin en Chine."Nous suggérons de résoudre (une) dispute bien avant le moment d'aller se coucher".

Liu et ses collègues chercheurs ont recruté 73 étudiants masculins pour tester dans quelle mesure ils pouvaient supprimer intentionnellement des souvenirs négatifs, et pour comprendre comment le sommeil pouvait avoir un impact sur le processus.

Les participants ont été entraînés à associer des images de visages neutres à des images troublantes de personnes blessées, de corps mutilés et d'enfants en pleurs.

Le lendemain, après une nuit complète de sommeil, on leur a montré à nouveau les visages neutres et on leur a demandé soit de se souvenir des associations négatives, soit d'essayer de les supprimer, en utilisant une technique psychologique appelée "penser/non-penser". Dans cette technique, lorsqu'on demande aux participants de "penser" à quelque chose, ils essaient activement de s'en souvenir, comme les associations apprises entre les visages et l'imagerie négative. En revanche, lorsqu'on leur demande de "ne pas penser" à quelque chose, ils essaient consciemment d'éviter d'y penser - des recherches ayant montré que cette tâche peut en fait aider les gens à oublier les choses qu'ils ont apprises.

Puis, au cours d'une autre session, les étudiants ont appris des associations entre une nouvelle série de visages neutres et des images négatives.

Cette fois-ci, la session de test de pensée/non-pensée a été réalisée seulement 30 minutes plus tard - au lieu de 24 heures plus tard lors de la session précédente - pour voir si le rappel précoce des mauvais souvenirs pouvait aider les participants à oublier.

Les résultats ont montré que les efforts de suppression des participants étaient plus efficaces après 30 minutes que lorsqu'ils étaient tentés 24 heures plus tard, ce qui suggère qu'une nuit de sommeil avait contribué à consolider les souvenirs négatifs, les rendant plus difficiles à inhiber intentionnellement par la suite.

Les scanners cérébraux effectués à l'aide d'appareils d'IRMf pendant les exercices de rappel et de suppression ont permis d'expliquer ce phénomène. Lorsque les participants ont essayé de se rappeler ou d'inhiber les souvenirs 30 minutes seulement après avoir appris les associations, leur activité neuronale était centrée sur l'hippocampe - la partie du cerveau principalement associée à la mémoire.

Mais après une nuit de sommeil, la tâche de mémoire a montré que l'activité neuronale était réduite dans l'hippocampe, s'étant dispersée dans un certain nombre de régions corticales également associées à la mémoire et au traitement de l'information, notamment le cortex pariétal latéral, le gyrus angulaire et le gyrus temporal moyen.

Les chercheurs pensent qu'une fois que l'hippocampe a encodé ces souvenirs dans la mémoire à court terme, ils sont séparés de cette manière et distribués dans d'autres parties du cerveau pour faciliter un stockage à plus long terme - ce qui, dans le cas des pensées négatives, pourrait ne pas être une bonne chose. "La consolidation nocturne rend la mémoire aversive plus résistante à la suppression en favorisant la réorganisation hippocampique-néocorticale de la mémoire", explique Liu à Katherine Lindemann sur ResearchGate.

En d'autres termes, si vous voulez oublier quelque chose de désagréable, il est peut-être préférable d'essayer de résoudre ce que vous ressentez à ce sujet ou de passer outre avant d'aller vous coucher, car ces souvenirs pourraient se répandre plus profondément et plus largement dans votre cerveau si vous ne le faites pas.

Il convient de souligner que l'étude présente certaines limites, car seuls des hommes ont participé à la recherche et l'échantillon était très petit. Il est également possible que la capacité réduite à supprimer les souvenirs soit le résultat du temps supplémentaire qui s'est écoulé (24 heures au lieu de 30 minutes), et pas uniquement dû au fait de dormir.

Mais ces résultats pourraient nous en apprendre beaucoup sur la façon dont les expériences négatives s'ancrent dans l'esprit, ce qui pourrait aider les chercheurs à mettre au point de meilleurs traitements pour des affections telles que le syndrome de stress post-traumatique.

"Les résultats présentent un intérêt majeur pour le traitement du problème clinique fréquent des souvenirs indésirables, les souvenirs d'événements traumatiques en étant l'exemple le plus marquant", a déclaré à New Scientist le neuroscientifique Christoph Nissen de l'université de Fribourg en Allemagne, qui n'a pas participé à l'étude.

Bien sûr, l'utilisation de techniques de suppression de la mémoire directement après que les gens aient vécu des événements émotionnellement traumatisants ne sera pas possible dans de nombreux cas, mais la recherche pourrait néanmoins aider les scientifiques à développer de nouveaux types de techniques de reconsolidation - dans lesquelles les anciens souvenirs sont modifiés par des interventions psychologiques - et pourrait également stimuler la recherche d'autres traitements.

"Par exemple, la privation de sommeil immédiatement après des expériences traumatisantes peut empêcher les souvenirs traumatiques d'être consolidés en représentations stabilisées et ainsi offrir la possibilité de bloquer la formation de souvenirs traumatiques", écrivent les chercheurs dans leur article.

Pour le reste d'entre nous, qui n'avons tout simplement pas envie de nous réveiller grincheux, le conseil de Liu est simple. "Nous suggérons aux gens d'essayer de chasser un mauvais souvenir de leur esprit dès qu'ils le peuvent", a-t-il déclaré à New Scientist, "de ne pas trop y penser, et surtout de ne pas dormir dessus."

Commentaires pour les coachs de santé

Ces recherches qu’il faut éviter les disputes au lit. Le lit est un lieu de coexistence pacifique et bien plus si affinité. La recherche dit aussi qu'il est préférable des'endormir avec la représentation de l’état de santé désiré que de la représentation de l’état présent de votre maladie. Le titre de l'article "ne vous couchez pas en colère" est formulé, car bien mal formulé.  Ne pas penser à votre problème est impossible, on cesse d'y penser en pensant à autre chose.  Plus vous pensez à votre problème de santé, plus vous le mémorisez et l’ancrez dans votre inconscient. Au cours de la journée, votre inconscient va sans cesse vous rappeler la présence de votre problème de santé. Le conseil du chercheur "Nous suggérons aux gens d'essayer de chasser un mauvais souvenir de leur esprit dès qu'ils le peuvent" est pertinent, sans dire comment ne pas penser à un problème, ce qui est d’ailleurs impossible. Donc pour passez une bonne nuit, focalisez votre attention sur un souvenir ou une imagination agréable. Si vous n'en trouvez pas, je vous suggère de compter les moutons. Juste avant l’endormissement, quand le corps se relâche, c’est le moment le plus approprié pour déposer des images agréables dans votre inconscient. C’est le meilleur moyen de vous préparer à une belle journée. 

Source

Memory consolidation reconfigures neural pathways involved in the suppression of emotional memories ;Yunzhe Liuand al.,  Nature Communications volume 7, Article number: 13375 (2016