Les aspirations des parents façonnent celles des enfants et leurs réussites

Les aspirations des parents façonnent celles des enfants et leurs réussites

Les aspirations des enfants sont façonnées par les attentes des parents, mettant en évidence un obstacle potentiel à la mobilité intergénérationnelle.

Nous avons tous des aspirations et des rêves pour notre vie d'adulte, qu'ils soient réaliste ou pas. Des recherches ont suggéré qu'une appartenance à groupe socio-économiques faible réduisait la réalisation des aspirations du fait d'un manque d'accès aux ressources et de modèles de réussite. Les individus peuvent ainsi avoir l'impression que certaines choses leur sont interdites.

Une étude récente montre que la réalisation des aspirations de l'enfant dépend moins du milieu socio-économique et des capacités de l'enfant et bien plus des aspirations des parents concernant leurs enfants. Le fait d'encourager les aspirations des enfants, en particulier chez ceux issus de milieux défavorisés, pourrait avoir un impact important sur les réalisations des aspirations.

Les chercheurs ont utilisé les données de l'étude longitudinale National Child Development Study qui suit plus de 17 000 personnes nées la même semaine en 1958, et qui recueille des données sur le milieu socio-économique, les antécédents et les compétences des parents, les attentes et les aspirations de vie au cours de l'adolescence, les réalisations à l'âge adulte, les résultats scolaires et professionnels, et le niveau de satisfaction dans la vie. Les premières enquêtes ont également interrogé les parents des participants sur leurs aspirations pour leurs enfants, et les enseignants ont également émis une prédiction sur les réalisations futures des enfants.

Les résultats montrent que le milieu socio-économique impacte les aspirations scolaires des participants à mesure qu'ils grandissent. Par exemple, presque tous les participants ont déclaré à l'âge de 7 ans qu'ils souhaitaient poursuivre leur scolarité, mais à l'âge de 11 ans, seuls 22 % des enfants du quintile économique inférieur ont déclaré vouloir continuer au-delà de l'âge de fin de scolarité, tandis que 40 % des enfants du quintile socio-économique supérieur ont déclaré vouloir obtenir un diplôme universitaire

Les chercheurs ont cependant constaté que l'influence des parents et des enseignants jouait un rôle bien plus important que le contexte socio-économique des familles et leurs parcours professionnel, sur la réalisation des aspirations des enfants. Autrement dit, les souhaits des parents pour l'avenir de leurs enfants influencent bien plus leurs aspirations et leurs réalisations, que leur milieu socio-économique dans lequel ils vivent. Ces effets dépendaient également du sexe de l'enfant : le lien entre les aspirations parentales et les aspirations des enfants était plus fort pour les filles que pour les garçons, tandis que les aspirations des enseignants faisaient une plus grande différence pour les garçons.

L'étude a également montré que des aspirations élevées permettait d'obtenir de meilleurs résultats plus tard dans la vie. Si d'autres facteurs influencent également la réussite, telles que les capacités cognitives ou l'éducation des parents, les aspirations individuelles des enfant et des parents semblent être le principal facteur déterminant.

Les résultats professionnels obtenus à l'âge de 50 ans étaient également fortement liés aux aspirations professionnelles de l'enfance :  les aspirations à l'adolescence avaient presque autant d'influence sur les résultats professionnels que les aptitudes cognitives. Ce que pensent les enseignants constitue le facteur prédictif de réussite le plus puissant. 

Enfin, l'équipe a examiné les aspirations non satisfaites et leur impact sur le bien-être. À 33 ans, les participants, en particulier les hommes, étaient plus malheureux s'ils n'avaient pas réalisé ce à quoi ils aspiraient dans leur enfance. Mais cet effet disparaît au fur et à mesure que les individus avancent dans leur vie professionnelle.

L'étude suggère donc que si les niveaux d'aspiration sont déterminés dans une certaine mesure par le milieu socio-économique, ce sont surtout les aspirations parentales qui ont une plus grande influence sur les niveaux d'aspiration en général. Ces aspirations sont ensuite à l'origine de la réussite ultérieure dans la vie. Cela suggère que le fait d'encourager les plus grandes aspirations des enfants pourrait aider les individus à mieux réussir, en les incitant à faire des études supérieures ou à postuler à des postes qu'ils pensaient initialement hors de leur portée.

Il est cependant important de ne pas exagérer l'impact des aspirations lorsque nous parlons de classe sociale. Les facteurs externes et matériels constituent souvent des obstacles à la réalisation des rêves, et une trop grande importance accordée aux rêves ambitieux pourrait conduire à reprocher aux individus de ne pas pouvoir surmonter des problèmes qui sont en fait structurels.

Commentaires pour les coachs de santé

Cette étude souligne donc le fait que notre réussite dans la vie dépend d'une part de  la présence d'une aspiration (ou rêve d'enfant), et d'autre part de la manière dont cette aspiration va etre accueillie et parainée par l'environnement proche, à savoir la famille. Le mot "parrainage" vient du latin sponsoring, qui signifie "s'engager solennellement". Selon Stephen Gilligan, le parrainage est donc un engagement à aider une personne (y compris soi-même) à utiliser chaque événement et chaque expérience "pour s'éveiller aux dons du soi, du monde et des liens entre les deux". Le modèle de la relation à soi de Stephen Gilligan suggère que les expériences qui entrent dans la vie d'une personne ne sont pas encore pleinement humaines ; elles n'ont aucune valeur humaine tant qu'une personne n'est pas capable de les "parrainer". Grâce au parrainage, les expériences et les comportements qui posent problème peuvent être considérés comme des ressources et des dons. De cette façon, ce qui avait été conçu et vécu comme un problème est reconnu comme une "solution".
Les jeunes recoivent de leurs parents des messages de parrainage qui peuvent etre positifs ou négatifs. Le parrainage positif est celui qui est capable de reconnaître, accueillir et valoriser tout ce qui peut émerger dans l’expérience d’un enfant (comportements, pensées, émotions, conflits, croyances, identité). Le parrain, reconnaît, accepte et bénit ce qui est présent chez l'enfant, éveille et soutien des potentialités non encore exprimées, crée de la place pour que quelque chose puisse grandir et émerger, accepte et accueille tous les différents aspects (positifs et négatifs) d’un individu. Ce qui n'a pas été parainé ne pourra exister dans le monde et sera donc la source de transes négatives et de problèmes de santé.

Des exemples de messages de parrainages positfs  « Tu existes, Je te vois », donc un message de reconnaissance,  « tu as de la valeur », donc une intention positive,  « Tu es important/spécial/unique », donc une valorisation, « Tu as ta place ici », donc il y a de l’espace pour toi,  « Tu as une contribution à apporter », il y a donc un appel ou une mission à écouter.

Des exemples de messages de parrainage absents ou même négatifs "Tu n’existes pas/ Tu n’es pas pertinent/ Tu es remplaçable" ;  "Tu ne comptes pas",  "Tu n’as rien de particulier" , "Tu es une charge", "Tu n’es pas le bienvenu. Tu n’a pas à ta place ou n’appartiens pas à …" Les messages de parrainage négatif fonctionnent à la manière d’un « virus de la pensée ». Ces messages s’insinuent et se multiplient en nous, et se cristallisent sous forme de croyances limitantes qui vont interférer avec nos capacités à poursuivre notre parcous de vie

Une grande partie du travail de coaching de santé consiste à identifier chez un adulte les aspirations précoces de l'enfant qui n'ont pu exister jusqu'à présent faute de parrainage et de les "humaniser" par la qualité de votre présence, afin qu'elles puiisent enfin exister et se réaliser. Une bonne fa-çon de tomber malade est de pas pouvoir répondre à ses aspirations les plus profondes.

Sources
All I have to do is dream? The role of aspirations in intergenerational mobility and well-being, Warn N. Lekfuangfu, Reto Odermatt; European Economic Review, Volume 148, September 2022, 104193 : https://doi.org/10.1016/j.euroecorev.2022.104193