Identification du circuit cérébral de la spiritualité

Identification du circuit cérébral de la spiritualité

Une étude identife un circuit cérébral spécifique de la spiritualité et la religiosité.

Plus de 80 % des personnes dans le monde se considèrent comme religieuses ou spirituelles. Mais les recherches sur les neurosciences de la spiritualité et de la religiosité sont rares. Les études précédentes ont utilisé la neuro-imagerie fonctionnelle, dans laquelle une personne subit un scanner cérébral tout en effectuant une tâche pour voir quelles zones du cerveau s'allument. Mais ces études corrélatives n'ont donné qu'une image fragmentaire et souvent incohérente de la spiritualité.

L'étude des chercheurs du Brigham and Women's Hospital a adopté une nouvelle approche pour cartographier la spiritualité et la religiosité et a constaté que l'activité spirituelle peut être localisée dans un circuit cérébral spécifique. Ce circuit cérébral est centré dans la substance grise périaqueducale (GPA), une région du tronc cérébral impliquée dans de nombreuses fonctions, notamment le conditionnement à la peur, la modulation de la douleur, les comportements altruistes et l'amour inconditionnel.

"Nos résultats suggèrent que la spiritualité et la religiosité sont enracinées dans des dynamiques neurobiologiques fondamentales et profondément tissées dans notre neurologie", a déclaré Michael Ferguson, chercheur du Brigham's Center for Brain Circuit Therapeutics. "Nous avons été étonnés de constater que ce circuit cérébral de la spiritualité est centré dans l'une des structures du cerveau les plus préservées du point de vue de l'évolution."

Pour mréaliser leur étude, Ferguson et ses collègues ont utilisé une technique appelée cartographie des réseaux de lésions, qui permet d'associer des comportements humains complexes à des circuits cérébraux spécifiques en fonction de l'emplacement des lésions cérébrales des patients.

L'équipe s'est appuyée sur les données de 88 patients de neurochirurgie opérés pour une tumeur cérébrale. Les emplacements des lésions étaient répartis sur l'ensemble du cerveau. Les patients ont répondu à une enquête comprenant des questions sur leur religiosité avant et après l'intervention.

L'équipe a validé les premiers résultats en utilisant un deuxième ensemble de données isues de plus de 100 patients souffrant de lésions traumatiques et pénétrantes crâniennes survenues lors de combats pendant la guerre du Vietnam. Ces participants ont également répondu à un questionnaire sur la religiosité (telles que : "Vous considérez-vous comme une personne religieuse ? Oui ou non ?").

Sur les 88 patients de la neurochirurgie, 30 ont montré une diminution de la croyance spirituelle auto-déclarée avant et après la résection neurochirurgicale de la tumeur cérébrale, 29 ont montré une augmentation, et 29 n'ont montré aucun changement. En utilisant la cartographie du réseau de lésions, l'équipe a découvert que la spiritualité auto déclarée correspondait à un circuit cérébral spécifique centré sur le PAG ( substance grise périaqueducale ). Le circuit comprenait des nœuds positifs et des nœuds négatifs - les lésions qui perturbaient ces nœuds respectifs diminuaient ou augmentaient les croyances spirituelles auto déclarées.

Les résultats sur la religiosité du deuxième ensemble de données s'alignent sur ces conclusions. En outre, dans une revue de la littérature, les chercheurs ont trouvé plusieurs rapports de cas de patients qui sont devenus hyper-religieux après avoir subi des lésions cérébrales qui ont affecté les nœuds négatifs du circuit.

Les emplacements des lésions associées à d'autres symptômes neurologiques et psychiatriques ont également croisé le circuit de la spiritualité. Plus précisément, les lésions causant le parkinsonisme croisent les zones positives du circuit, tout comme les lésions associées à une spiritualité réduite. Les lésions causant des délires et le syndrome du membre fantôme ont croisé des régions négatives, associées à une spiritualité et une religiosité accrues.

"Il est important de noter que ces chevauchements peuvent être utiles pour comprendre les caractéristiques et les associations communes, mais ces résultats ne doivent pas être sur-interprétés", a déclaré Ferguson. "Par exemple, nos résultats n'impliquent pas que la religion soit une illusion, que les personnages religieux historiques ont souffert du syndrome du membre fantome ou que la maladie de Parkinson soit due à un manque de foi religieuse. Au contraire, nos résultats mettent en évidence les racines profondes des croyances spirituelles dans une partie de notre cerveau impliqué dans de nombreuses fonctions importantes."

Les auteurs notent que les données utilisés ne fournissent pas assez d'informations sur l'éducation du patient, qui peut avoir une influence sur les croyances spirituelles, et que les patients des deux ensembles de données étaient issus de cultures majoritairement chrétiennes. Pour comprendre le caractère généralisable de leurs résultats, ils devraient reproduire leur étude dans de nombreux milieux.

L'équipe souhaite également démêler la religiosité et la spiritualité pour comprendre les circuits cérébraux qui peuvent être à l'origine des différences. En outre, le professeur Ferguson aimerait poursuivre les applications cliniques et translationnelles des résultats, notamment comprendre le rôle que la spiritualité et la compassion peuvent jouer dans le traitement clinique.

"Ce n'est que récemment que la médecine et la spiritualité ont été séparées l'une de l'autre. Il semble y avoir une union permanente entre la guérison et la spiritualité dans toutes les cultures et civilisations", a déclaré M. Ferguson. "Je m'e cdemande dans quelle mesure notre compréhension des circuits cérébraux pourrait aider à formuler des questions scientifiquement fondées et cliniquement traduisibles sur la façon dont la guérison et la spiritualité peuvent se co-informer mutuellement.

Commentaires pour les coachs de santé

A la lumière de mes lectures sur les neurosciences et la spiritualité, j'avais gardé le souvenir que Dieu avait été localisé dans le lobe frontal droit, c'est-à-dire dans la partie cérébrale qui a été la dernière à évoluer et qui fait de nous un mammifère capable de réflexion complexe et d'anticipation. Et bien non, puisque les centres de la spiritualité se trouvent dans le tronc cérébral, la partie la plus archaique (cerveau reptilien) de notre neurologie, c'est-à-dire la partie qui régule nos fonctions vitales. La spiritualité serait donc aussi importante que la respiration, l'alimentation, la circulation du sang, la connexion profonde avec le monde qui nous entoure, avec ses ressources et ses dangers.. La spiritualité est donc un élément clé de toute expérience subjective, indépendament du niveau d'éducation, d'intelligence, couleur de peau, lieu de naissance...etc  Cela peut probablement expliquer pourquoi l'activité spirituelle est si souvent source de santé et de guérison, et bien souvent de miracles. Et pourquoi la spiritualité, avec la communication avec les esprits de la nature, est au coeur de toutes les médecines ancestrales. 

Sources

A neural circuit for spirituality and religiosity derived from patients with brain lesions” by Michael Ferguson et al. Biological Psychiatry;  June 29, 2021DOI:https://doi.org/10.1016/j.biopsych.2021.06.016