Facteurs influençant la croyances sur l'efficacité d'une psychothérapie

Facteurs influençant la croyances sur l'efficacité d'une psychothérapie

Les patients croient davantage à la psychothérapie lorsque les praticiens font preuve de chaleur relationnelle et de compétence

La thérapie est un processus collaboratif qui repose non seulement sur l'expertise du praticien, mais aussi sur les attentes du patient à l'égard de cette expertise et sur les chances qu'il a d'en bénéficier. Une étude publiée dans Clinical Psychological Science suggère que les thérapeutes qui font preuve à la fois de chaleur dans la relation et de compétences peuvent façonner ces attentes en inspirant des croyances plus positives quant à l'efficacité de la thérapie.

Cette orientation comportementale pourrait être particulièrement utile pour améliorer la "violation des attentes", un processus par lequel les patients ayant des croyances négatives préexistantes sur la thérapie peuvent apprendre à considérer le traitement de manière plus positive, a déclaré Anna Seewald, qui a co-écrit cette recherche avec Winfried Rief (Université Philipps de Marburg). Des thérapeutes très compétents et chaleureux peuvent également accroître la volonté des patients à poursuivre le traitement thérapeutique, renforcer l'alliance thérapeutique entre les patients et les praticiens, et même améliorer les résultats cliniques, a ajouté Seewald.

Seewald et Rief ont exploré la relation entre les caractéristiques des praticiens et les attentes en matière de résultats thérapeutiques dans le cadre d'une étude menée auprès de 187 participants qui n'avaient pas été diagnostiqués comme souffrant de troubles mentaux et ne recevaient pas de traitements psychologiques. Dans le cadre de l'étude, les participants ont été encouragés à imaginer qu'ils suivaient eux-mêmes une thérapie.

Au début de l'étude, les participants ont écouté l'enregistrement audio d'un patient racontant à son thérapeute comment il vivait un stress lié au travail. Dans un deuxième enregistrement, conçu pour réduire les attentes des participants quant à l'efficacité de la psychothérapie, le patient décrivait une expérience négative de thérapie au cours de laquelle un autre thérapeute lui avait dit qu'il n'existait que quelques traitements éprouvés pour la gestion du stress.

Dans la dernière partie de l'étude, les participants ont vu l'une des quatre vidéos de la partie suivante du rendez-vous fictif. Les vidéos étaient filmées par-dessus l'épaule d'un patient anonyme afin d'encourager la prise de recul. Dans ces vidéos, le thérapeute actuel abordait les traitements possibles du stress tout en faisant preuv,  soit d'une faible compétence/faible chaleur, soit d'une faible compétence/haute chaleur, soit d'une haute compétence/faible chaleur, soit d'une haute chaleur/haute compétence. Dans le contexte d'une thérapie, la relation chaleureuse peut se traduire par un sourire, un hochement de tête et un effort évident pour comprendre ce que dit le patient, explique Seewald, et la compétence peut être communiquée par l'utilisation d'un ton clair et assuré, la prise de notes et la démonstration d'une expertise.

patients-believe-in-ps.jpg

Les participants ont évalué la chaleur et la compétence du thérapeute et ont indiqué dans quelle mesure ils considéraient que le traitement proposé par le thérapeute était logique et dans quelle mesure ils pensaient que la thérapie était susceptible de réduire leur niveau de stress. La chaleur et la compétence ont influencé les attentes des participants en matière de résultats de façon indépendante. Le scénario "chaleur élevée/compétences élevées" suscitant les attentes les plus positives, la plus grande motivation à entamer une psychothérapie avec ce praticien hypothétique et le plus grand confort dans leur alliance thérapeutique.

Seewald et Rief expliquent que la thérapie pour des situations telles que le trouble anxieux généralisé, la toxicomanie et la douleur chronique implique souvent d'encourager les patients à développer des attentes plus positives en remettant en question leurs croyances et attitudes négatives et irréalistes. Les caractéristiques des praticiens, telles que la compétence et la chaleur relationnelle, pourraient être l'une des raisons pour lesquelles les patients réagissent différemment aux mêmes types de thérapies mises en œuvre par différents praticiens, ont-ils ajouté.

"Un thérapeute très compréhensif et expérimenté peut soit détruire les attentes négatives, soit augmenter les attentes positives des patients quant à l'efficacité des traitements et ainsi améliorer les résultats cliniques", ont écrit les chercheurs.

L'importance de la chaleur relationnelle par rapport à la compétence peut toutefois varier en fonction de la population en question. Contrairement à ce qui s'est passé dans des recherches antérieures avec des participants souffrant de problèmes de santé mentale, cette étude a révélé que les thérapeutes ayant un niveau élevé de compétence/faible chaleur inspiraient plus d'attentes positives aux participants que les thérapeutes ayant un niveau élevé de chaleur/faible compétence, a noté Seewald. Cela suggère que les gens peuvent réagir différemment aux caractéristiques des praticiens en fonction de leur état de santé mentale.

"La chaleur relationnelle pourrait être encore plus importante dans lles situations dans lresquelles la préférence pour la chaleur et la compétence pourrait différer selon les différents troubles et autres défis cliniques", a déclaré Seewald. "Dans les études futures, nous devrions viser à étudier le changement optimal des attentes en utilisant la chaleur et la compétence pour des troubles spécifiques."

Commentaires pour les coachs de santé

On savait que la qualité de la relation influence grandement le résultat de la psychothérapie. L'étude explore ici la croyance d'un client potentiel sur l'efficacité d'une psychothérapie eà partir de deux facteurs clés : la compétence supposée et l'aspect chaleureux de la relation. L'étude conclut donc que l'efficacité de la psychothérapie est associée aux deux facteurs évalués, et que la compétence seule ne suffit pas. Ce qu'il faut retenir est que l'efficacité d'un traitement est conditionné, d'une part par la croyance que le client eut avoir  sur les compétences techniques et relationnelle du thérapeute, et d'autre part  (non démontré dans cette étude) par la croyance du thérapeute sur l'efficacité de son traitement. La rencontre des croyances positives crée les conditions les plus favorables à la réussite d'un traitement. Il me semble que lorsqu'une personne croit à l'efficacité de ce qu'elle fait, de nombreux traitements (médicamenteux, non médicamenteux, alternatifs et complémentaires) ont des chances de fonctionner. Si le sujet n'y croit pas, les thérapeutes les plus compétents et les plus chaleureux ont de bonnes chances de se planter. En psychothérapie l'effet placébo de la relation supplante probablement l'efficacité spécifique de la méthode utilisée par le thérapeute. La relation en elle-même est thérapeutique.

Sources 

Anna Seewald et al, How to Change Negative Outcome Expectations in Psychotherapy? The Role of the Therapist's Warmth and Competence, Clinical Psychological Science (2022). DOI: 10.1177/21677026221094331

Patients believe in psychotherapy more when practitioners demonstrate warmth and competence by Association for Psychological Sciences; Medical Xpress OCTOBER 19, 2022 ; https://medicalxpress.com/news/2022-10-patients-psychotherapy-practitioners-warmth.html?utm_source=nwletter&utm_medium=email&utm_campaign=daily-nwletter