L'efficacité du coaching de santé

L'efficacité du coaching de santé

Les études portant sur l'efficacité du coaching de santé sont fort nombreuses, ce qui ne rend cependant la tâche facile pour obtenir des données quantitatives fiables. Car le terme de coaching de santé recouvre un nombre important de situations : la définition du coaching de santé n'est pas la même d'une étude à l'autre, les situations médicales étudiées varient grandement de même que le profil des intervenants ou la durée des interventions de coaching, la méthodologie des études est très variable.

Il est donc difficile de comparer des études qui portent sur des critères forts différents et de regrouper les preuves de l'impact du coaching de santé. En dépit de ces limites, on dispose cependant de plus en plus de données probantes qui démontrent les avantages réels du coaching de santé. Rappelons que le "coaching de santé" est un terme générique qui décrit des interventions qui visent le plus souvent à accompagner et à soutenir activement les individus dans leur prise en charge médicale et dans leurs changements de style de vie, en tenant compte au mieux des aspirations et objectifs de chacun. Le coaching de santé s’applique à des situations diverses : la prise de décision partagée, l’autogestion dans la mise en œuvre des recommandations médicales, l'amélioration de l’état de santé physique et mentale. Le coaching de santé peut devenir un complément à la prise en charge des professionnels de santé. Le coaching de santé peut aussi s’adresser à des personnes médicalement bien portantes qui veulent renforcer leurs capacités mentales et physiques pour se préparer à de nouveaux challenges de vie.  

Le coaching de santé est une profession émergente, relativement courante aux États-Unis et en Australie, et qui fait ses débuts au Royaume-Uni.  Le coaching de santé est en bonne voie pour devenir un coaching basé sur les preuves. Le texte fait référence aux études qui ont tenté de synthétiser les résultats des études cliniques les plus pertinentes sur le coaching de santé.

Le coaching en santé fonctionne-t-il ?

Does health coaching work? A rapid review of empirical evidence, April 2014 Etude réalisée à la demande du Health Education East of England

Depuis 2010, l’efficacité du coaching de santé fait l’objet  d’évaluation par le National Heath Service dans l'Est de l'Angleterre. Et le Health Education East of England a voulu disposer d’informations  sur la valeur potentielle du coaching de santé, à partir des données de la littérature scientifique.  Plus de 7 000 publications ont été passées au crible et 275 études ont été incluses dans l'examen. 7% de ces études concernaient des revues de synthèse, 40 % portaient sur des essais contrôlés randomisés et 53 % sur des études cliniques non contrôlées.  61 % des études provenaient des USA, 24 % des pays d’Europe (dont 6 % du Royaume uni) et 15 % d'autres pays.

Les caractéristiques  des données sur le coaching de santé

Profil des participantsdes personnes souffrant d’une maladie chronique, de besoin spécifique à court terme (par exemple, une grossesse), de problèmes de santé mentale, ou cherchant à développer des comportements plus sains (alimentation, exercice physique, alcool, tabac), ou participant à un programme de promotion de la santé sur le lieu de travail.
Le profil des coachs : des pairs, des professionnels de santé (médecin, Infirmière, pharmaciens),  paramédicaux ou assistant(e) de santé…

Les résultats de l’étude 

 Cette étude a porté sur quatre types d’améliorations

  • les attitudes face à la santé et la maladie, et le sentiment d’efficacité personnelle vis à vis des problèmes de santé
  • les comportements d’auto-soins avec les changements d’habitudes de vie (exercice, alimentation..etc..)
  • les résultats des paramètres physiques et biologiques 

Les évaluations ont porté sur 3 catégories de résultats : « largement positif », « Largement négatif », « Très mélangés ».

Le tableau  ci-dessous résume les résultats « largement positif » de l’impact du coaching de santé sur les 4 paramètres étudiés.

Impact

Revues
de synthèse

Essais randomisés

Autres études

Amélioration de l’attitude et de l’efficacité personnelle

0% 
sur 1 étude

75 % 
sur16 études

92 % 
sur 26 études

Amélioration des comportements d'auto-soins

0 % 
sur 6 études

59 %  
sur 36 études

89 % 

sur 37 études

Amélioration des résultats de santé

33%

sur 6 études

37 % 
sur 60 études

84 % 

sur 43 études

Réduction des soins de santé et de leur coût 

25%

sur 4 études

30 % 

Sur 12 études

70 % 

sur 10 études

Amélioration des attitudes et de l’efficacité personnelle 

Les changements d'attitudes se rapportent aux attentes vis à vis des médicaments, de la possibilité de se rétablir pour mener une vie plus saine, de la volonté d’engagement. L’efficacité personnelle se rapporte à la confiance en soi pour s'autogérer ou changer de comportement. Les effets positifs du coaching ont été notés dans 0% de la seule revue de synthèse, 75% des 16 essais randomisés et 92% des  26 autres études. Ces données apportent des preuves que le coaching de santé peut soutenir la motivation des gens à s'autogérer ou à changer leurs comportements, et leur confiance en leur capacité à le faire.

Amélioration des comportements

L’amélioration des comportements se réfère ici à un large éventail d'habitudes de vie.
Par exemple : l'amélioration de l'activité physique, une alimentation plus riche en fruits et légumes, la réduction de l’alcool et du tabac, la santé au travail, l'observance du traitement et l’adoption d'autres comportements d'auto-soins.
Les effets « largement positifs » du coaching ont été notés dans 0% des 6 revues de synthèse, dans 59% des 32 essais randomisés et dans 89% des 32 autres études.
Ces données montrent que le coaching de santé peut aider les gens à adopter des comportements et des modes de vie sains. 

Amélioration des résultats physiques et biologiques 

Les données évaluées sont ici physiques (tension artérielle, poids corporel et autres facteurs de risque cardiovasculaires) ou biologique (taux de cholestérol, glycémie)
Les effets « largement positifs » du coaching ont été notés dans 33 % des 6 revues de synthèse, 37 % des 60 essais randomisés et 84 % des 43 autres études, ce qui suggère que le coaching en santé peut avoir un effet positif sur la santé. Les résultats assez partagés peuvent s'expliquer par le fait qu'il faut du temps pour démontrer les changements dans les indicateurs cliniques et que de nombreuses études n'incluent pas de longues périodes de suivi ou de grandes tailles d'échantillons.

Amélioration l'utilisation et les coûts des services

L’évaluation de l’impact du coaching de santé porte sur l’utilisation et les coûts des soins de santé. La plupart des études viennent de l'extérieur du Royaume-Uni, ce qui rend la généralisation difficile
Les effets « largement positifs » du coaching ont été notés chez 25 % des 4 revues de synthèse, 33% des 12 études randomisées et 70 % des 10 autres études cliniques. Ces résultats suggèrent que le coaching de santé peut faciliter la réduction de l'utilisation des services de santé ou être rentable.

Commentaires 

Qui bénéficie au mieux du coaching en santé ?

Les données suggèrent que le coaching de santé peut être plus efficace pour les personnes qui dès le début de l’étude sont très motivées à changer et qui ont les conditions médicales les plus graves ou les modes de vie les plus malsains. Les femmes sont plus facilement intéressées par le coaching de santé que les hommes.
Malgré le peu de données disponibles, le coaching de santé semble être tout aussi efficace auprès des groupes moins favorisés, même si un plus grand nombre de séances de coaching de santé sont nécessaire avant qu'un impact physique soit démontré.

Quel est le profil des bons coachs ?

Les interventions des professions médicales (médecins, infirmières, pharmaciens,…etc.), paramédicales, comme celles des non professionnels de la santé (pairs, étudiants, coachs..) semblent également efficaces. Les résultats de six essais randomisés et neuf autres études suggèrent que les personnes atteintes d'une maladie de longue durée qui ont reçu une formation en coaching en santé peuvent être tout aussi efficaces que les professionnels de la santé en coaching en santé. 
Comme il n’existe pas d’étude comparant l’efficacité des différents intervenants, il n'y a à ce jour aucun argument pour suggérer qu'un type de coach sera plus efficace qu’un autre. Ce qui signifie que de nombreuses personnes peuvent devenir de bons coachs , avec une formation appropriée.

Quels modes d’interventions ?

Les auteurs soulignent la diversité des interventions associées au terme de coaching de santé : diversité de définition, de pathologie, d’intervenant (professionnels ou non) de la santé, de compétences, de durée (ponctuelle ou plusieurs mois), de modalité( face à face ou téléphone). Malgré des résultats très prometteurs, il est donc difficile de dire que le coaching de santé, en tant que concept bien défini, fonctionne, comme il est difficile de comparer les études parce que les interventions incluses sont très différentes, tout comme la comparaison des pommes et des poires. Ce qui signifie que lorsque des études montrent que le coaching de santé ne fonctionne pas, il est important de considérer les méthodes exactes de coaching de santé, les compétences des prestataires, la durée et la fréquence utilisées plutôt que de supposer que le concept dans son ensemble peut être non pertinent.

De grandes variations dans la qualité des données probantes

Comme l'illustre le tableau B, la qualité des données probantes  c.-à-d. qualifiées comme « Largement positives » varie considérablement. L'analyse a pondéré la qualité des données probantes en fonction de la conception de l'étude. Les essais randomisés et les revues systématiques étant considérées comme potentiellement plus robustes que les autres études. Plusieurs études apportant des résultats positifs sur le coaching de santé ne sont pas des revues systématiques ou des essais randomisés.

Le manque de données comparatives

La plupart des études ne comparent pas le coaching de santé avec d'autres alternatives. Cela signifie que même lorsque des études suggèrent que le coaching en santé a amélioré les attitudes ou les comportements au fil du temps, il n'est pas possible de dire si le coaching en santé l'a fait plus rapidement ou plus efficacement que les soins habituels ou les autres types de soutien.

La source des données et la possibilité de généraliser

La plupart des données disponibles sur le coaching de santé proviennent d'un contexte américain, dans lequel les systèmes de santé, les attitudes et les financements sont très différents de ceux du Royaume-Uni.  Les auteurs soulignent le fait que les études menées dans des pays comme les USA peuvent apporter des indications utiles sur les tendances potentielles, et qu’il n'est donc pas possible de transférer les résultats des interventions d'un écosystème sanitaire à un autre sans adaptations.
Les données considérées comme probantes (ou largement positives) résultent bien plus d’interventions distinctes de coaching de santé que de pratiques médicales courantes associant le coaching de santé.  Pour ces raisons, il peut être difficile d'extrapoler les résultats des études aux effets du recours au coaching en santé dans la pratique courante. 

La reconnaissance d’une fonction et les recommandations

Les auteurs de cette étude, comme leurs commanditaires du NHS du Royaume-Uni reconnaissent le potentiel du coaching de santé pour responsabiliser les gens sur leur propre prise en charge, soutenir l’adoption de modes de vie plus sains et réduire la charge des conditions médicales chroniques, tant pour les individus malades que pour les services de santé et sociaux. 

La formation des coachs de santé : les auteurs signalent que des formations de deux à cinq jours, avec des activités pratiques, des jeux de rôle, l'observation et le suivi, s’avèrent efficaces et qu’une formation plus approfondie peut s'avérer nécessaire pour faire évoluer l'état d'esprit des coachs vers un rôle de "partenaires" dans l'accompagnement du changement.

Les lieux d’exercice du coaching de santé : il peut se pratiquer dans une structure de soin ou à domicile. On ne sait actuellement pas si le coaching de santé en face à face est plus efficace que le coaching par téléphone.

La fréquence des coaching de santé : s’il n'y a pas de données probantes et précises sur la fréquence des interventions, les auteurs disent avoir souvent constaté qu’un coaching de santé hebdomadaire ou tous les 15 jours pendant plusieurs mois fonctionne bien pour établir des relations et soutenir le changement de comportement.

Les besoins en matière de recherche : démontrer le potentiel d'impact des coaching de santé implique de pouvoir disposer a) d’évaluations portant sur les résultats à long terme des services de santé ; b) d’évaluations comparant les résultats des structures de soins utilisant ou pas le coaching de santé ; c) d’informations plus solides sur le rapport coût-efficacité du coaching en santé.

Une meilleure conversation, une meilleure santé

A la suite du rapport « Does the health Coaching Work », et des résultats très encourageants des études réalisées au Royaume uni sur l’efficacité du coaching, le document intitulé « Better conversation, a guide to Health coach »  a été édité par la « coalition de coaching de santé » qui est un groupement d'organisations et d'individus unis dans leur volonté d'améliorer les conversations entre les systèmes de santé et les personnes en quête de soins, leurs familles et leurs communautés. 

L’objectif commun est de permettre aux individus de s'épanouir en se sentant plus motivés, plus confiants et maîtres de leur santé et de la gestion de leurs soins. La croyance partagée est que d'excellentes conversations peuvent transformer les relations et les comportements de santé au profit de tous (patients, personnel et systèmes de soin) et que de grandes conversations, reposent sur une approche du coaching de santé basée sur la science du changement de comportement.  

Un réel bénéfice du coaching de santé

Ce document présente les données considérées comme probantes concernant l'impact réel du coaching de santé. Selon ces conclusions, voici ce que l’on peut attendre du coaching de santé :

- Produire des bénéfices physiologiques, comportementaux, psychologiques et sociaux positifs chez les adultes atteints de maladie de longue durée.
- Réduire les coûts liés aux frais d'hospitalisation, de consultation externe et de médications sur ordonnance
- Alléger la charge des cliniciens tout en renforçant la confiance et en responsabilisant davantage les patients.
- Accroître le niveau de résilience des cliniciens, par une redéfinition de leurs limites et de leurs priorités professionnelles, par le développement de l'auto-compassion et de l'auto-soin, et enfin d’une meilleure conscience de soi.

Les éléments de preuve

Le document présente les résumés des études considérées comme les plus importantes sur l’efficacité du coaching de santé, études réalisées eu Royaume Uni ou dans d’autres pays. Ces études montrent que le coaching en santé, a) augmente la motivation des patients à s'autogérer et à adopter des comportements plus sains, b) fonctionne au mieux chez les personnes qui en ont le plus besoin, c) améliore les résultats biologiques, tels que les taux moyens de glycémie mesurés par les taux d’hémoglobine glycosylée (HBA1c), les taux de cholestérol et les scores de douleur, d) peut réduire le nombre d'admissions imprévues dans les groupes de patients à risque élevé, et les admissions liées aux médicaments. Nous présentons ici les études réalisées en dehors du Royaume Uni

Titre : Hibbard J, Gilburt H « Supporting people to manage their own health. An introduction to patient activation ». Kings Fund. May 2014. (http://www.kingsfund.org.uk/sites/files/kf/field/field_ publication_file/supporting-people-manage-health-patient- activation-may14.pdf)
But : mesure du niveau d'activation du patient, qui reflète le niveau des connaissances, des compétences, et de la confiance d'une personne pour gérer sa propre santé et ses comportements liés à la santé.  Les scores d'activation des patients permettent de prédire un certain nombre d'effets des comportements de santé et sont étroitement liés aux résultats cliniques, au nombre d’hospitalisations, aux coûts des soins de santé et à l'évaluation de l'expérience des patients. 
Résultats : le coaching en santé peut augmenter l'activation du patient. Les coûts des soins de santé diminuent de 8 à 21 % chez un plus grand nombre de patients activés.

Titre : Ammentorp, J, Uhrenfeldt L, Angel F, Ehrensvard F, Carisen E, Kofoed P, Can life coaching improve helath outcomes? A systematic review of intervention studoes BMC Health Services research 2013, 13;428 But : évaluer les résultats en matière de santé du coaching de vie, de façon à faire la distinction entre le coaching santé et le coaching de vie.  Examen systématique de 5 études répondant aux critères d'inclusion, dont 3 études sur le diabète.
Résultats : deux études portant sur la mesure de l'HbA1c ont donné des résultats prometteurs, et en particulier sur le groupe de patients défavorisés  qui ne bénéficient habituellement pas de soins médicaux  importants. 

Titre : Kivele, K., Elo, S., Kynges, H. and Keerieinen, M., (2014). The effects of health coaching on adult patients with chronic diseases: A systematic review. Patient Education and Counseling, 97(2), p.147 
But : décrire les effets du coaching en santé sur les patients adultes atteints de maladies chroniques.
Résultats : les résultats des treize études sélectionnées indiquent que le coaching de santé produit des effets positifs sur les conditions physiologiques, comportementales et psychologiques des patients et sur leur vie sociale. En particulier, les résultats statistiquement significatifs ont révélé une meilleure gestion du poids, une activité physique accrue et un meilleur état de santé physique et mentale.

Titre : Hill B, Richardson B, Skouteris H, Do we know how to design effective health coaching interventions: A systematic review of the state of the literature American Journal of Health promotion (2012) 2015 May-Jun;29(5):e158-68 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/ pubmed/24720388 
But : évaluer l'efficacité du coaching de santé pour des résultats spécifiques, à partir de 94 études randomisées, dont 16 ont rempli les critères requis. 
Résultat : 15 des 16 études admissibles ont fait état d'un effet positif dans au moins un résultat..

Titre : 29 Wolever R, Dreusicke M, Fikkan J, Hawkins TV, Yeung S, Wakefield J, Duda L, Flowers P, Cook C, Skinner E, Integrative health coaching for patients with type 2 diabetes, A randomized control trial Diabetes Educ. 2010 Jul-Aug;36(4):629-39 http://www. ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20534872 
But : évaluer l'efficacité du coaching en santé intégrative (IH) sur les facteurs psychosociaux, les changements de comportement et le contrôle glycémique chez 56 patients atteints de diabète de type 2.
Résultats : amélioration de l’observance, de l'activation du patient, du soutien social perçu, de la fréquence de l'exercice, de l'état de santé perçu, et diminution significative du taux d’HbA1c dans le groupe de coaching par rapport au groupe témoin. 

Titre : 30 Wolever R, Dreusicke, Integrative health coaching: a behavior skills approach that improves HbA1c and pharmacy claims- derived medication adherence BMJ Open Diab Res Care 2016;4 http://drc.bmj.com/content/4/1/e000201.full 
But : déterminer si chez 56 participants, le coaching intégratif de santé (IHC) améliore l'observance du traitement par voie orale, l'hémoglobine glyquée (HbA1c) et les mesures psychosociales, et évaluer si les changements d'observance sont soutenus après l'intervention.
Résultats : amélioration de l'observance du traitement pendant le coaching et pendant 6 mois après l'étude, et du taux de l'HbA1c. Amélioration significative des mesures psychosociales.  « L'IHC cible la motivation interne et soutient le changement de comportement en facilitant la compréhension par les patients de leurs propres comportements, et il utilise cette compréhension pour favoriser l'auto-efficacité ».  

Titre : 31 What happens after health coaching observational study 1 year following a randomized controlled trial? Sharma A, Willard Grace R, Hesler D, Bodenheimer T, Thom D, Annuls of Family Medicine Ann Fam Med May/June 2016 vol. 14 no. 3 200-207 http://linkis. com/www.aafp.org/news/pr/V1pdp 
But : évaluer par un essai randomisé le maintien de l’amélioration de facteurs de risque cardiovasculaire à la suite d'une intervention de coaching de santé, chez des patients atteints de diabète non maîtrisé, d'hypertension ou d'hyperlipidémie. 
Résultats : Amélioration significative de l'atteinte des objectifs à 12 mois (HbA1c, tension artérielle et cholestérol) qui s'est maintenue à 24 mois, sauf pour l'HbA1c.

Titre: Edgren, G. et al. ‘A case management intervention targeted to reduce healthcare consumption for frequent Emergency Department visitors’. European Journal of Emergency Medicine, 2015  
But : évaluer l’efficacité de l’intervention de coaching  téléphonique par une infirmière sur la réduction des risques de consommation d’urgence des soins de santé. 
Résultat : le coaching en santé a permis de réduire de 20 à 40 % l'activité hospitalière non planifiée chez des groupes de patients cibles. Trois ans après sa mise en œuvre, le Conseil du comté de Stockholm a réduit le nombre de réadmissions de 19% à 16%.

L’efficacité du coaching de santé 

Ce rapport de 89 pages « The effectivness of Health Coaching » publié en 2017  à la demande du Department of Veterans Affairs
Veterans Health Administration, Washington, DC 20420 est certainement l’analyse la plus exhaustive de 204 références de la littérature scientifique sur la pratique du coaching de santé et de son efficacité. 

But de l’étude 

Cette revue systématique de la littérature a pour but de répondre à deux types de questions clés (QC) 

QC 1 : Chez les adultes, quelle est l'efficacité du coaching en santé sur
- les résultats cliniques de santé (p. ex., HbA1c, tension artérielle)
- les comportements des patients en matière de santé (p. ex., activité physique, gestion du poids, régime alimentaire, tabagisme, observance du traitement médicamenteux
- l’auto-efficacité

QC 2 : Chez les adultes, l'impact du coaching en santé varie-t-il selon
- les caractéristiques de la population (p. ex. type de maladies chroniques)
- la quantité d'intervention (p. ex. nombre et fréquence des séances, minutes de contact)
- le mode de prestation (p. ex. visites individuelles vs visites de groupe, face à face vs téléphone)
- les types de personnes menant des interventions d'encadrement (p. ex. pairs, infirmières, éducateurs en santé, entraîneurs en santé)_
- la concordance avec les éléments clés du coaching de santé (c.-à-d. l'accent mis sur le patient, les objectifs fixés par le patient, le processus de découverte de soi).

Synthèse des résultats

Les réponses aux questions clés QC 1 :

Comparativement aux témoins inactifs, le coaching de santé a eu un effet statistiquement significatif sur les témoins glycémiques (HbA1c), le changement d'activité physique mesuré en nombre de pas ou de minutes d'activité ; la réduction de l'Indice de Masse Corporelle ; la réduction du gras alimentaire ;  et l'auto-efficacité. En ce qui concerne le résultat de l'atteinte ou du dépassement des seuils d'activité physique, le coaching de santé a montré une tendance positive comparativement aux témoins inactifs, mais la différence n'était pas statistiquement significative.

De même, l'effet du coaching en santé sur le respect d'un régime alimentaire préétabli n'était pas non plus significatif par rapport à un témoin inactif. Seul le changement d'activité physique a fait l'objet d'études suffisantes pour comparer les effets à ceux d'essais avec des éléments médicamenteux de comparaison. Comparativement aux témoins actifs, le changement de l'activité physique n'était pas significatif. De nombreuses estimations regroupées présentaient une hétérogénéité statistique modérée à élevée. Dans les synthèses qualitatives, les résultats étaient non homogènes ou non concluants en ce qui concerne les effets du coaching de santé sur l'état fonctionnel, le tabagisme et l'observance thérapeutique. Cependant, des données qualitatives suggèrent que le coaching a un effet positif sur la tension artérielle systolique, le cholestérol et la réduction calorique totale. Ces tendances sont fondées sur un nombre limité d'études et les résultats ne sont pas uniformes pour la tension artérielle systolique et le cholestérol.

Les réponses aux questions clés QC2 : Cinq « modérateurs » potentiels du coaching de santé on été examinés : la population à l'étude, la « dose  d'intervention » (nombre de contacts planifiés), le mode principal de prestation de l'intervention, le type de personne menant l'intervention de coaching et le score de concordance de l'intervention. Aucun de ces facteurs ne se sont avérés être des paramètres prédictifs robustes des effets du traitement ; toutefois, certains modèles qualitatifs d'effets sont apparus. – la « dose d’intervention » : certaines données indiquent que les doses qui se situaient au milieu de la fourchette du nombre de séances prévues peuvent procurer plus d'avantages que celles dont le nombre de séances prévues est inférieur ou supérieur. 

Le mode de prestation : le coaching en santé offert par téléphone ou en face à face a produit des effets positifs similaires, de faibles à modérés à travers plusieurs résultats. Cependant, toutes les estimations n'étaient pas statistiquement significatives. 

Le type d’intervenant : la majorité des analyses n'ont pas identifié de tendance claire. Des preuves limitées montrent que le recours à des prestataires de soins de santé comportementale peut influencer positivement l'effet du coaching en santé, en ce qui concerne l'HbA1c et les résultats de l'activité physique. 

La formation des coachs de santé :  c’est probablement un facteur clé des effets du coaching. Mais la durée de formation variant beaucoup d'une étude à l'autre, ce facteur n’a pu être exploré. Une seule étude a signalé la présence de coachs de santé certifiés. Le coaching de santé étant encore une fonction ou profession nouvelle, il n'existe pas de normes de certification pour la certification des coachs. De ce fait l’impact des qualifications est difficile à évaluer. 

Compendium of the Health and Wellness Coaching Literature 

Compendium of the Health and Wellness Coaching Literature ; American Journal of Lifestyle Medicine, First Published May 19, 2017; Gary A. Sforzo, PhD, Miranda P. Kaye, PhD, Irina Todorova, PhD and Col. https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1559827617708562

Résumé : Le coaching de santé et de mieux-être (Health and wellness coaching (HWC) ) pour faciliter les changement des comportements liés au style de vie est en train de devenir une pratique, un rôle et une profession dans divers contextes de soins de santé, de mieux-être des employés et de groupes. Les professionnels de santé appliquent l’HWC comme méthodologie de changement de comportement pour la prévention et le traitement du diabète, de l'hypertension, de l'hyperlipidémie, des maladies cardiaques, du cancer et autres troubles chroniques. Cette analyse systématique a pour but de fournir un recueil complet et organisé de documentation sur les HWC. Jusqu'à présent, la documentation existante sur les HWC demeure dispersée et aucun résumé significatif n'est accessible.

L'absence d'un résumé exhaustif découle de l'absence de consensus sur la définition et les normes de HWC. Nous avons appliqué une définition normalisée récemment proposée de HWC afin de déterminer les critères d'inclusion dans le compendium de la documentation évaluée par les pairs et fondée sur des données provenant de moteurs de recherche pertinents (PubMed, PsychInfo et CINAHL, par exemple).

Un processus d'examen systématique a été mis en œuvre et a finalement produit les résultats suivants : 219 articles ont répondu aux critères d'inclusion du HWC. De ce nombre, 150 étaient fondés sur des données et les autres représentaient des opinions d'experts ou des articles de type révision. Un résumé des résultats révèle généralement que la CBH est une intervention prometteuse pour les maladies chroniques, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires dans la plupart des catégories.

Le recueil qui en résulte organise et décrit la quantité et la qualité de la documentation disponible à l'usage et au profit des praticiens et des chercheurs du HWC

Centre for Policy on Ageing – Rapid review  

Centre for Policy on Ageing – Rapid review March 2014 ; Health coaches – do they work and what for? 

Les coachs en santé - travaillent-ils et que font-ils ?

« Le coaching de santé est un coaching motivationnel visant à informer et à soutenir les utilisateurs de services ou les patients désireux d'apporter des changements à leur mode de vie afin d'améliorer leur état de santé et de prévenir des maladies à long terme, comme les maladies cardiaques et le diabète, ou de gérer ces maladies après leur apparition. Les coachs de santé peuvent fournir des informations et/ou encourager le changement de comportement. Ils peuvent s'attaquer simultanément à plusieurs risques pour la santé.

Le coaching de santé est étroitement lié au "coaching de vie" pour la santé, au "mentorat " et à l'" entrevue motivationnelle" pour la promotion et la facilitation d’ une autogestion efficace vis à vis des problèmes de santé à long terme. Le coaching santé peut se faire en face à face, par téléphone ou par Internet.

L'efficacité du coaching en santé peut varier selon l'état de santé abordé, les méthodes utilisées par le coach en santé et le niveau de besoin du bénéficiaire. Ceux qui en ont le plus besoin bénéficieront généralement le plus de l'intervention.

Le résumé et principales conclusions des 37 études analysées

- Les preuves de l'efficacité du coaching en santé sont variables.
- Il existe des preuves solides et généralisées de l'efficacité de l'entrevue motivationnelle (EM) comme technique de coaching de santé. (Bennett J A, Butterworth, Linden, Lundahl, Pringle, Rubak)
- Les données probantes sont faibles quant à l'efficacité du coaching de santé par téléphone et il n'y a que peu ou pas de preuves qu'il est efficace pour réduire l'utilisation ou les coûts des services de santé. (Blackberry, Dennis, Härter, Hayashi, Hutchison, Lawson, Lin, O'Hara, Steventon, Verof, Wolever)
- Il est démontré que le coaching de santé, y compris les systèmes en ligne, peut être efficace dans la lutte contre l'obésité. (Anttwi, Bennett G G G, Kosey, Merrill, Moore, Nishita, O'Hara)
- Il est démontré que le coaching de santé peut être efficace dans la gestion du diabète, les problèmes cardiaques, les choix de mode de vie et des problèmes de santé mentale. (Allen, Bray, Edelman, Gilstrap, Howard-Jones, Kosey, Lawson, Moore, Nishita, O'Hara, Olsen, Selvaraj, Sieber, Thom, Vale, Wolever)
- Rien ne prouve (dans la présente étude) que le mentorat est efficace pour combattre l'isolement social chez les personnes âgées et qu'il est d'une efficacité limitée chez les jeunes. (Dickens, DuBois)