L’auto-perception de sa santé peut prédire la santé future des personnes âgées

L’auto-perception de sa santé peut prédire la santé future des personnes âgées

La perception qu'a une personne âgée de sa santé peut permettre de prédire sa santé future.

Quatre études menées par des chercheurs de l'école de santé publique et de médecine préventive de Monash ont montré que l'auto-perception de la santé, mesurée par l'indice HRQoL (Health-Related Quality of life) était un outil précieux d’identification des personnes âgées à risque de décès et d'événements indésirables, et de guide pour les médecins pour mieux soigner leurs patients.

Dans la dernière étude, les chercheurs ont constaté que les personnes âgées qui ont signalé un déclin des aspects physiques de la qualité de vie sur près de cinq ans étaient 51 % plus susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire que celles ayant signalé une HRQoL physique élevée. Une trajectoire de HRQoLphysique constamment basse était associée à une plus grande probabilité de décès par rapport au groupe le mieux classé.

Cette étude, publiée dans American Heart Journal Plus : Cardiology Research and Practice, est la première à démontrer le lien entre une trajectoire de QVLS physique en déclin et le risque de maladie cardiovasculaire sur une période prolongée.

Les chercheurs ont analysé les données relatives à la qualité de vie autodéclarée de 16 871 participants à l'essai ASPREE (ASPirin in Reducing Events in the Elderly) et ont suivi leur état de santé pendant deux années supplémentaires dans l'étude de suivi ASPREE-XT. Les participants à l'étude étaient pour la plupart âgés de plus de 70 ans, en bonne santé et vivant de manière indépendante en Australie et aux États-Unis au moment de leur inscription à l'ASPREE. Les participants ont déclaré leur HRQoL - une méthode permettant d'évaluer les aspects de leur bien-être physique, psychologique et social (mental) - au début de l'étude et chaque année pendant une moyenne de 4,7 ans.

67% des participants ont constamment évalué leur HRQoL physique dans la catégorie élevée, 13% dans la catégorie intermédiaire, 14% dans la catégorie en déclin et 7% dans la catégorie faible.

Lors des analyses précédentes des données de l'ASPREE qui examinaient la HRQoL au début de l'étude uniquement, les chercheurs ont constaté que :

  1. Une meilleure HRQoLphysique au moment du début de l’étude était associée à des risques plus faibles de maladies cardiovasculaires (14%), de déclin cognitif (6%) et de décès (17%) sur une moyenne de 4,7 ans.
  2. Une HRQoLmentale plus élevée à l'entrée dans l'étude était associée à des risques plus faibles de déclin cognitif (12%) et de démence (15%) sur la même période.
  3. La forte corrélation entre une faible HRQoLphysique au moment de l'inscription à l’étude et les maladies cardiovasculaires et les décès a conduit les chercheurs à la dernière analyse, qui suit les perceptions de la santé des participants (c'est-à-dire laHRQoL) sur une période prolongée de près de cinq ans.

Le chercheur principal, Aung Zaw Zaw Phyo, candidat au doctorat, déclare :"Les études indiquent que la HRQoL autodéclarée pourrait être utilisée pour compléter les mesures objectives, telles que le poids, la pression artérielle et le cholestérol dans les évaluations et les soins de santé ambulatoires."  "Nos recherches renforcent l'importance de la HRQoL comme mesure prédictive des maladies cardiovasculaires, de la démence, du déclin cognitif et des décès chez les personnes âgées vivant de manière autonome à un âge avancé."

Les études ont été rapportées dans des articles publiés dans quatre revues distinctes :

-"Trajectories of physical health-related quality of life and the risk of incident cardiovascular disease events and all-cause mortality in older people" in American Heart Journal Plus: Cardiology Research and Practice
- "Health-related quality of life and incident cardiovascular disease events in community-dwelling older people: A prospective cohort study" in International Journal of Cardiology
- "The utility of assessing health-related quality of life to predict cognitive decline and dementia" in Journal of Alzheimer's Disease
- "Health‑related quality of life and all‑cause mortality among older healthy individuals in Australia and the United States: A prospective cohort study" in Quality of Life Research

Commentaires pour ls coachs de santé

Il est important de rappeler que la perception que l’on peut avoir de son état de santé est influencée d’une part par des facteurs objectifs tels que l’état physique et physiologique, et d’autre part par l’état d’esprit dans lequel vous vous trouvez pour évaluer les conséquences des altérations physiques. Il n’y a pas systématiquement de lien entre les altérations du corps et celles du mental. Pensez aux personnes qui ont un handicap physique, une maladie chronique, qui se sentent pleines de gaité et de vitalité, et en bonne santé. Notre état de santé peut donc s’évaluer sur une échelle objective reflétant le fonctionnement de notre corps, et une échelle subjective reflétant notre niveau de bien-être. Quel que soit le niveau de perturbations physique, nous avons la possibilité d’intervenir sur la souffrance émotionnelle et morale, bien sûr tant que la personne est consciente.  Le vieillissement s’accompagne inévitablement de maladies plus fréquentes, mais ce n'est pas une raison pour renoncer à se sentir jeune et en bonne santé psychologique et émotionnelle. Ce dernier ressenti dépend bien plus des décisions individuelles que des interventions médicales. Cette étude démontre que l’enjeu du sentiment de bonne santé est important en termes de morbidité et mortalité.  

Sources

Self-perceptions may predict future health events for older people, Friday, 24 June, 2022, Hospital Health https://www.hospitalhealth.com.au/content/agedhealth/news/self-perceptions-may-predict-future-health-events-for-older-people-428272782